Valoriser la place des femmes au sein de l’entreprise

Valoriser la place des femmes au sein de l’entreprise

Bien que très présentes dans le monde de l’entreprise, les femmes sont bien trop rarement mises en avant. Entre les pressions de certains employeurs, les stéréotypes et les barrières que se mettent certaines femmes, ce n’est pas évident de sortir du lot et de briller en entreprise. Beaucoup de femmes vous le diront : elles ne se sentent pas assez prises en considération dans l’entreprise qui les emploie. Souvent rabaissées à des fonctions subalternes, comme secrétaire ou assistante, les femmes ne sont pas assez poussées vers les postes à responsabilités. Décryptage.

Le faux problème des enfants

Pour se défendre d’un éventuel mépris envers les femmes, certains employeurs de mauvaise foi prétendent que la majorité des femmes préfère privilégier leur vie familiale et en particulier leur progéniture. À les entendre, les mères sont toujours absentes ou incapables de travailler correctement. Pourtant, la plupart des mères vous dira qu’on peut être une working-girl réactive en plus d’être une mère accomplie !

La grossesse peut néanmoins être mal vécue et le retour du congé maternité, particulièrement compliqué. D’autant que parfois, l’employeur n’a pas gardé le poste de la personne concernée et celle-ci se retrouve avec un métier ne correspondant pas à ses compétences, voire sans métier. Alors qu’il suffit au manager d’anticiper le retour de sa salariée avec tout le respect qui lui est dû.

« Je n’ai pas les capacités nécessaires… »

La barrière inconsciente professionnelle la plus handicapante pour une femme est sans conteste le syndrome de l’imposteur. Les doutes et les hésitations sont fréquents, même si les compétences et l’expérience sont bel et bien présentes. Pourquoi ? Parce que les femmes sont rarement félicitées et soutenues dans le cadre de leur travail, alors que c’est l’inverse qui devrait se produire. D’ailleurs, cela devrait être le cas aussi bien pour les femmes que pour les hommes. Les employeurs devraient également se montrer plus disponibles et plus compréhensifs en cas de questionnement de la part de leurs employées. Malheureusement, l’éducation reçue par les femmes les pousse généralement à demander moins que leurs homologues masculins lorsqu’il faut négocier ou réclamer quelque chose auprès de leur employeur… Moins d’augmentation, moins souvent. Ne pas oser poser un jour de congés si son enfant est souffrant.

Le changement est possible

Il est de la responsabilité de tout le monde de faire évoluer les choses. Plusieurs solutions permettent d’améliorer sensiblement ce problème de valorisation des femmes. Revoir l’organisation du travail, par exemple, en privilégiant les petites équipes et surtout, la mixité. Voir si le télétravail est souhaité et si c’est le cas, l’envisager très sérieusement. Lors d’un recrutement, il faut veiller à ne pas fermer la porte aux candidatures féminines, même pour des postes a priori masculins comme technicien informatique, maçon, éboueur ou chef de plateau. Il n’y a pas de métiers seulement masculins ou seulement féminins : simplement de bêtes stéréotypes, comme le coup des médecins et des infirmières. Combien de médecins femmes sont considérés comme des infirmières par les patients ? Beaucoup trop… En outre, lors de promotions internes, il ne faut pas hésiter à proposer à des femmes de candidater et à les motiver. /

Des femmes d’influence

Enfin, les gens aiment se référer à des modèles forts dans leur vie et force est de constater que les modèles forts féminins non fictionnels sont malheureusement rares. Parmi les femmes dont la carrière peut motiver les femmes, citons Michelle Obama, Angela Merkel et Christine Taubira. Leurs carrières, même si elles ne sont pas parfaites, témoignent d’une volonté de fer et d’une abnégation sans faille. Même si leur tâche n’a pas été facilitée par certains, elles n’ont jamais failli face aux épreuves traversées, elles ont brisé le « plafond de verre » et fini par présenter leur vision d’un monde plus juste, plus ouvert au partage et plus tolérant. Leurs détracteurs restent malheureusement nombreux mais le combat n’est pas terminé. C’est en suivant ces modèles et en étant soutenues par leurs collègues masculins que les femmes parviendront enfin à prendre l’élan nécessaire afin de s’émanciper largement des chaînes qui les empêchent d’être totalement heureuses professionnellement.

Add comment