Nouveaux enjeux de la qualité de vie au travail

Nouveaux enjeux de la qualité de vie au travail

Après une décennie de stress inhérent à la crise financière et une apparente accalmie, il est temps de voir ce que les Français pensent de la qualité de vie au travail et ce qu’ils en attendent pour 2018.

À l ‘instar de nombreuses sociétés américaines en plein essor comme celles des « Géants du Web », aussi connus sous l’acronyme GAFA (pour Google, Apple, Facebook et Amazon), certaines entreprises françaises ont bien compris que cette qualité de vie au travail était vitale pour elles et qu’il fallait donc faire le maximum pour que les employés se sentent bien dans leur travail. Pour cela, elle mettent de plus en plus des procédures QVT afin de mettre en avant le bien-être des salariés.

L’ANACT et son accord

L’ANACT, Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail, y veille régulièrement et propose une documentation assez considérable sur le sujet ainsi qu’une démarche de qualité de vie au travail précise, organisée en 4 étapes et détaillée.

10 questions-réponses suffisent à cette l’Anact pour expliquer le principe d’une démarche QVT.

De quoi s’agit-il, quelle démarche mettre en œuvre et comment expérimenter un tel projet : voilà quelques-unes des questions qu’il faut se poser.

Cette procédure QVT existe depuis quelques années, dans le cadre de l’accord national interprofessionnel et le plan santé au travail 2016-2020., qui fait suite à un accord professionnel de 2013 enjoignant à se diriger « vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle ». Cet accord préconise notamment de mieux articuler des négociations encore trop cloisonnées dans l’entreprise, telles que l’égalité homme-femmes, la gestion des seniors ou la pénibilité du travail. Les entreprises sont alors fortement incitées à concilier performance et respect des travailleurs et de leurs conditions de travail.

Objectifs : 2018 !

Les objectifs pour 2018, au niveau de la QVT, sont nombreux et remplis d’espoir : favoriser la collaboration et la mise en place de nouveaux modes de travail, redéfinir la réalité concrète du travail, aménager des espaces de travail plus conviviaux et mieux former les managers.

L’aménagement du lieu de travail semble encore incontournable : il existe désormais des alternatives aux traditionnelles open-space et bureaux clos. Que dire à propos des tiers-lieux comme les pépinières d’entreprise, les fab labs (laboratoires d’innovation)  et le coworking ? Tout simplement qu’ils sont parfaits pour convenir aux aspirations des Millenials, ces nouveaux travailleurs partis pour être sur le marché du travail pendant les 40 prochaines années…

D’autres points comme les manières de travailler, sont des critères essentiels. Par exemple, ; le fait de pouvoir faire télétravail diminue les pertes de temps inutiles dans les transports, le stress et les baisses de motivation. Par contre, il faut être rigoureux et s’en tenir à son programme, sous peine de larver sur le canapé…

Redonner du sens à son travail est une priorité pour de nombreuses personnes. Le travail, de manière générale, semble avoir perdu de son sens et donc, de son intérêt ce qui, au final, fait baisser la productivité.

Enfin, le travail collaboratif, quant à lui, permet de faire rencontrer les talents et de nombreux espaces voient d’ailleurs le jour un peu partout en France, depuis quelque temps déjà.

En 2018, il ne faut donc pas se questionner sur la nécessité – ou non- de mettre en place une démarche de Qualité de Vie au Travail. C’est une évidence que c’est une procédure à valoriser. Il faut plutôt se questionner sur la manière d’appréhender et de gérer la démarche QVT.

quis, adipiscing libero odio Nullam Praesent mattis et,