Stage en entreprise : bon ou mauvais plan ?

Stage en entreprise : bon ou mauvais plan ?

Depuis quelques années, on assiste à une véritable recrudescence d’offres de stages en entreprise. Auparavant, la plupart de ces missions étaient réservées aux saisonniers, voire à des CDD. Mais les entreprises préfèrent désormais miser sur les stagiaires, ces (souvent très jeunes) personnes malléables, à qui l’on peut tout demander – ou presque – sans qu’elles n’y trouvent rien à redire . Du moins, officiellement. Dans l’immense majorité des cas, elles tolèrent parce que les stages sont souvent effectués dans des structures réputées ou difficiles d’accès, comme des grosses entreprises, des médias ou bien encore des magasins haut de gamme. Tout cela est financier, on s’en doute.

Conditions contraignantes…

Les stages sont généralement d’une durée de 2 à 6 mois et même en donnant une gratification aux stagiaires, les entreprises sont largement gagnantes. En effet, les stagiaires leur fournissent souvent une quantité de travail équivalente à un temps plein en CDD ou CDI tout en ne faisant pas « réellement » partie des effectifs et sans en retirer réellement quoi que ce soit.

Un stagiaire est quasiment toujours issu d’une école et donc, rarement autodidacte, et à ce titre, la convention de stage est toujours exigée. Et comme Pôle Emploi n’en propose pas, cela coupe l’herbe sous le pied des chômeurs qui voudraient faire des stages directement via Pôle Emploi. Il leur faut trouver une école, payer et seulement ensuite, tenter le stage. Une procédure longue, coûteuse, fastidieuse et loin d’être synonyme de réussite.

De même, n’espérez pas devenir stagiaire si vous avez plus de 26 ou 27 ans. Même si vous vous reconvertissez sur le tard, même si vous avez repris des études, même si vous avez des milliers de bonnes raisons : beaucoup (trop) de tuteurs sont souvent intransigeants et n’aiment guère les stagiaires plus vieux (ou expérimentés) qu’eux. Apeurés de ne pas pouvoir maîtriser (qui a pensé mépriser ?) les stagiaires ? D’ailleurs, les étudiants « libres » (qui ne sont pas dans un établissement scolaire) n’ont que peu d’espoir d’effectuer un stage et c’est fort regrettable.

… mais moment de découverte

Hormis ces gros défauts, les stages permettent d’apprendre un métier dans la foulée immédiate de la théorie apprise en cours et ça, c’est plutôt positif.

Certains tuteurs sont vraiment des perles, donnent envie de connaître leur domaine d’activité et ne font pas juste du stage une expérience de service du café et de mépris quotidien.

Si vos études le permettent, tentez l’aventure du stage au moins une fois dans votre vie parce que même si ce moment sera probablement éprouvant, il vous permettra de vous confronter au monde du travail et de voir si le secteur d’activités visé correspond – non – à vos attentes. Et surtout, ne vous laissez pas marcher sur les pieds !

ipsum diam adipiscing leo. amet, risus. Praesent venenatis leo libero luctus fringilla