Les entreprises du CAC 40 : plus de bénéfices et moins d’impôts

Les entreprises du CAC 40 : plus de bénéfices et moins d’impôts

Les entreprises du CAC 40 : plus de bénéfices et moins d’impôts

Un récent rapport d’Attac (Association pour la taxation financière et pour l’action citoyenne), une association qui examine au niveau mondial l’impact des grandes entreprises, montre du doigt l’effet néfaste des mastodontes de l’économie sur la planète et la société. L’enquête porte plus sur les actionnaires.

Les dividendes des actionnaires en hausse

Au cours de ces 8 années, les bénéfices de l’ensemble des sociétés de ce groupement ont augmenté de 9,3 %. Les allocations pour chaque actionnaire se sont accrues de 44 % tandis que les frais des impôts étaient en baisse de 6,4 %. Les emplois dans l’ensemble du pays ont eux régressé de 20 %. L’association constate avec amertume les désastres que causent les compagnies du CAC 40 à la société et la planète.


Plus de la moitié des bénéfices de l’entreprise (60 % exactement) vont aux actionnaires. À elles seules, ces entreprises ont un chiffre d’affaires équivalent à la moitié du produit intérieur brut de la France pour 2018, et s’élève à 1300 milliards d’euros. 2018 a la palme d’or des records de bénéfices pour les actionnaires. Le montant global des dividendes s’élevait à 57,4 milliards d’euros. Seulement, cette satisfaction des bénéfices des entreprises a pour revers la baisse des investissements, des salaires, et des emplois, selon Attac. Dans un avenir proche, cela va obliger les capacités de l’économie en France à financer la transition sociale et économique. Dans les détails du rapport évaluant les années 2010 à 2017, Attac déclare : « les emplois dans le monde ont connu une légère hausse de 2,4 %, les sommes versées aux entreprises du CAC 40 ont progressé de 44 %, mais les licenciements en France ont eux augmenté de 20 % ».

Une disparité dans les salaires

Un manager du CAC 40 va empocher en moyenne 4,68 millions d’euros chaque année. En comparaison au SMIC brut c’est 257 fois plus, et pour le SMIC net 325 fois plus. Même comparé au salaire d’un employé moyen de son entreprise, le patron coûte 119 fois plus cher. Les écarts deviennent alarmants quand on compare avec les chiffres des employés des filiales à l’étranger, les sous-traitants et les fournisseurs.

Moins d’impôts que les PME

Les PME ont un taux d’imposition plus important que les entreprises du CAC 40, 32 % contre 26 % par exemple en 2014. En tant que multinationales, elles se servent de la concurrence inter états pour domicilier leurs revenus dans les zones plus favorables. C’est le cas de Total qui a eu un bilan négatif en France pendant de nombreuses années, pendant que le bénéfice du groupe sur la période s’élève à 4,2 milliards.

id, mattis tristique ut odio elementum elit. quis, Praesent