Le beau succès de l’application Slack dans le monde professionnel

Le beau succès de l’application Slack dans le monde professionnel

À l’heure actuelle, Slack revendique près de 9 millions d’utilisateurs actifs, dont plus de 3 millions payants. Mais savez-vous réellement à quoi correspond Slack ?

Fondée officiellement en 2014 par Stewart Butterfield (par ailleurs cofondateur de Flickr), Slack est devenue incontournable dans de nombreuses entreprises, des PME aux grands groupes : HBO ou bien encore WordPress l’utilisent, entre autres. Slack est ce que l’on appelle une application de travail collaboratif, c’est-à-dire qu’elle permet à des employés d’une même entité de communiquer entre eux, d’échanger sur des projets et de s’envoyer des pièces jointes de manière immédiate. Par ailleurs, Slack est ce que l’on appelle un freemium, c’est-à-dire qu’elle peut tout à fait fonctionner dans sa version gratuite, mais que, celle-ci atteignant rapidement ses limites, il est possible (et hautement souhaitable !) d’upgrader en mettant la main au portefeuille.

Pléthore d’avantages

Slack ressemble un peu à (feu) MSN ou Facebook Messenger, mais tout, dans le fond comme dans la forme, est plus professionnel tout en étant bien plus convivial. Elle remplace avantageusement le mail, devenu lourd et pas franchement pratique à consulter tout au long d’une journée de travail. En particulier lorsqu’il y a de nombreux indésirables qui viennent polluer la boîte mail : faire le tri peut s’avérer fastidieux voire compliqué… Ici, il suffit de laisser tourner Slack en arrière-plan et vous recevrez les notifications, donc vous verrez qu’il y a de nouveaux échanges sans même changer d’onglet. Et, comble du bon goût, les notifications sont agréables à entendre, les couleurs sont plaisantes et, de manière générale, utiliser Slack est plus proche d’une expérience ludique que d’une contrainte. Les smileys, la police et même les boutons sont agréables à regarder et tester ! Tout cela confère un certain dynamisme et une véritable modernité à cet outil d’un nouveau genre.

Slack permet à tous les membres d’un groupe de communiquer entre eux via un chat, en 1 à 1, en petits groupes ou carrément en «channels » (canaux, en bon français). La liste des membres et des channels est visible sur le côté gauche mais il peut arriver que certains membres ne soient malgré tout pas visibles : c’est parce que Slack a considéré qu’il y avait moins d’interactions avec telle ou telle personne mais rien n’empêche de la contacter en cliquant sur « messages directs ». Par ailleurs, rien n’empêche, dans une entreprise, d’avoir, par exemple, un channel général, un channel pour les techniciens, un pour les commerciaux, un pour la direction et un pour les discussions de loisir ou plus fun. Chaque channel peut être public (c.à.d. accessible à chaque membre du groupe) ou privé (et donc accessible à certaines personnes seulement). Cela a un fort intérêt pour segmenter le travail. Un technicien ne trouvera probablement pas son bonheur en étant dans un channel de commerciaux.

Sur la partie droite de l’écran, se trouvent les différents documents partagés car oui, sur Slack, on peut tout partager, ou presque. Word, PDF, avi, png…et même zip et liens sont compatibles. Échanger et archiver du contenu n’a jamais été aussi simple ! Cependant, la version gratuite ne tolère qu’un certain poids de messages et fichiers joints. Vous ne pouvez pas non plus remonter tout l’historique des messages en version gratuite.

Lors de l’installation, un bot vous propose de vous aider à configurer l’outil et ça, c’est fort appréciable, même si l’installation est faisable par un enfant de 10 ans. Mais, plus fort encore, ce bot revient régulièrement prendre des nouvelles et nous épauler, en cas d’utilisation d’un nouveau service sur Slack par exemple. Slack permet également d’intégrer et de synchroniser de nombreux outils web de référence, comme Google Drive, Twitter, Facebook, Skype ou bien encore Trello.

Et la concurrence, dans tout ça ?

La concurrence s’est organisée si tardivement que c’est déjà trop tard pour beaucoup. Même Hangouts Chat, de Google, patine. C’est pourquoi Google a récemment entrepris de mettre en place un partenariat d’intégration avec Slack.

Une belle preuve que la petite souris innovante peut faire peur au mammouth technologique…et qu’elle peut enfin rendre la vie professionnelle plus agréable.

Phasellus id mi, tristique mattis in et, ante. commodo non risus mattis