Comment s’habiller quand il fait très chaud, l’été, au bureau ?

Comment s’habiller quand il fait très chaud, l’été, au bureau ?

Bien sûr, tout le monde ne travaille pas dans un bureau mais la plupart des métiers d’extérieur (maçon, paysagiste, ouvrier de chantier…) sont réglementés au niveau vestimentaire, pour des raisons de protection. Il n’est pas rare, par 30°, de voir des ouvriers habillés de combinaisons complètes. Il en va de même pour ceux qui sont au contact du public, qu’ils soient à l’extérieur (livreur, commercial) ou en intérieur (vendeur, infirmière, employé de commerce, esthéticienne, coiffeuse…), qui portent souvent une tenue obligatoire (costume, blouse) ou doivent éviter certaines vêtements. En réalité, rien ne devrait empêcher un vendeur d’électroménager de (bien) faire son travail en bermuda et polo. La France n’est tout simplement pas prête.

De fait, dans le présent article, nous allons uniquement nous intéresser aux téléconseillers, secrétaires, comptables, graphistes, journalistes, avocats et autres métiers « de bureau ». Rassurez-vous, la liste n’est pas exhaustive cependant, nous allons désigner toutes les personnes concernées par l’expression « employés de bureau ».

Les hommes plus « contraints » que les femmes

Beaucoup de ces employés de bureau, et en particulier les hommes, estiment que le choix du vêtement est une liberté individuelle. Pour autant, peu franchissent le cap du port du bermuda au travail, même si les températures sont caniculaires (comprendre « supérieures à 30 ° »). Par peur d’être mal vus, notamment. Pour les femmes, s’afficher en petite robe d’été et débardeur est largement admis et répandu, y compris dans des milieux réputés comme « stricts ».

En fait, même si le code du travail n’interdit rien fondamentalement, il semble évident qu’il faille s’adapter aux situations. Une ouvrière de production, si elle était cheveux longs détachés et longue robe en usine, risquerait d’être happée par une machine. Mais…dans un bureau ? Où les seuls risques sont un claquage du poignet devant l’ordinateur ou un gros rhume avec la clim ? Soyons sérieux !

De bas…

En clair, tant que la sécurité ni l’hygiène ne semblent pas compromises, vous pouvez tenter le bermuda. Et si vraiment votre employeur est sympa, il vous laissera tenter cela, même devant la clientèle… Les conducteurs de bus militent depuis des années à ce propos et ils ont régulièrement la faveur des jugements. Comme quoi, tout reste possible…

À défaut du bermuda, vous pouvez tout à fait envisager le chino, mais pas en lin. Vous pouvez enfin succomber au jean blanc, magnifique et aérien. À déconseiller toutefois si vous avez un peu d’embonpoint. Le short, quant à lui, est très mal vu dans la plupart des entreprises.

…en haut

En ce qui concerne le haut, vous pouvez tenter le polo. D’aucuns (surtout les banquiers ou les employeurs coincés) vous diront que ça ne fait pas assez élégant. Pourtant, dans les clubs privés, les golfs et les résidences huppées, le polo est omniprésent. Ne ne vous laissez pas impressionner par ceux qui prétendent qu’une chemisette est affreuse et ringarde. Certes, les employés de magasins d’électroménager en portent et cela les met rarement en valeur. Certes, avec une cravate, ça peut être moche. Mais quel bonheur c’est, d’en porter une ! Pas de transpiration et une liberté de mouvement totale, tout en conservant un côté sérieux. Prenez-là à votre taille et vous ressemblerez plus à une star qu’à quelqu’un de ringard.

Enfin, si vous travaillez dans une entreprise à l’esprit jeune et/ou geek, votre quotidien vestimentaire « du haut » peut se résumer à un tee-shirt. Confortable, il peut même être classe et puis au moins, il limite la transpiration.

Quoi que vous choisissiez, l’important reste que votre tenue soit…propre et confortable ! On n’a qu’une vie et on ne doit pas la passer dans la souffrance. Si nos vêtements nous conviennent, alors notre manière de travailler sera stimulée car notre confiance en soi est meilleure. C’est aussi logique que cela…

 

 

 

 

ipsum ut tempus commodo ut commodo id vulputate, at